Les trois télécommandes qui ont marqué l’histoire du zapping

Les télécommandes n’ont pas été toujours aussi stylées et performantes telles que nous les voyons aujourd’hui. Découvrez les trois télécommandes qui ont marqué l’histoire du zapping

Télécommande : promenons-nous à travers le temps

Lazy Bones, ce mot vous dit-il quelque chose ? Sachez que c’est la toute première télécommande inventée. Signée par le fabricant américain Zenith Electronics, cette télécommande était reliée au poste télévision par un fil, ce qui n’est pas tout à fait pratique. En tout cas, elle permettait déjà aux utilisateurs de zapper depuis le canapé.zenith-flash-matic

Quelques années plus tard, et plus précisément en 1955, Zenith Electronics a lancé la première télécommande sans fil : le Flash-Matic. Mis au point par Eugene Polley, un ingénieur de la société, le dispositif est plus pratique que son grand frère. Il ressemble plus ou moins à un pistolet d’arrosage. Il peut assurer son rôle puisqu’il émet un faisceau lumineux vers un capteur installé sur le téléviseur. A cette époque, cette télécommande n’est pas à la portée de tous. En effet, il est proposé à un prix prohibitif : 100 dollars !

Après Flash-Matic débarquait la télécommande Space Command de Robert Adler, un autre ingénieur de Zenith Electronics. Celle-ci fonctionne à ultra-sons. Plus précisément, la liaison se fait par des ultrasons, lesquels sont des ondes vibratoires ressemblant aux ondes sonores, mais avec des fréquences supérieures à 16 kHz. L’avancée de la technologie a grandement favorisé l’évolution des télécommandes. Aujourd’hui, loin sont les moments où le choix des particuliers est limité. En plus de cela, le prix s’est largement démocratisé. Chacun peut ainsi trouver et choisir la télécommande qui répond à ses besoins. Du côté des fabricants, le but reste toujours le même : optimiser le confort d’utilisation afin de satisfaire des utilisateurs de plus en plus capricieux.

Les différents composants d’une télécommande

Que la télécommande fonctionne par ondes radio ou infrarouges, son émetteur est composé d’un clavier, d’un circuit électronique ainsi que du transducteur.

Le clavier est équipé de touches, servant d’intermédiaire entre l’utilisateur et le système électronique. Selon le modèle, la partie électronique du dispositif est munie d’un ou deux circuits intégrés. Le transducteur quant à lui génère soit des infrarouges soit des ondes radio. Une fois qu’on appuie sur une touche du clavier, il émettra un signal. Ce signal sera par la suite perçu par le transducteur du récepteur. C’est ainsi que l’action désirée se concrétisera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.